[CLIP] BØREAL “Mangam”

BØREAL_1
On vous fait souvent part de nos découvertes, aujourd’hui notre curiosité s’arrête sur le groupe de rock alternatif français: BØREAL.
BØREAL_2
Leur nouveau titre “Mangam” parle de l’absurdité de tout définir par les maths: s’il est possible d’expliquer beaucoup par des modèles mathématiques, certains concepts leur échappent : la subjectivité, les sentiments, les relations… c’est là que leur est venue l’idée d’un monde à plusieurs couches, géométrique et déstructuré, dans lequel ils auraient du mal à trouver l’algorithme qui nous définirait.

I may not be good at maths, but Maths Are Not Good At Me.

BØREAL_3 BØREAL_4 BØREAL_5 BØREAL_6

FROM PARIS — Pouvez-vous nous raconter un peu les backstages du clip? Ça se passe comment ce genre de réalisation quand on est indépendant et qu’on n’a pas de label pour soutenir financièrement le projet ?
BØREAL (Hugo)— Je suis DA (et frontman du groupe) et j’avais les grandes lignes en tête mais il me manquait les compétences de cinéaste de Dorian Hays pour rendre le projet réalisable. Je lui ai parlé du concept, il a adoré et on est entré en pré-prod sur nos temps libres respectifs pendant quelques semaines : que raconter, quoi filmer, comment, avec quelle équipe? …etc. Le jour du tournage on était 17, groupe compris, tous des pros, potes de la bande, qui ont bossé comme des oufs, sans compter, gratos. Ils ont été incroyables, et on leur est très reconnaissants.
FROM PARIS — Où avez-vous tourné le clip et comment s’est passé concrètement la production?
BØREAL (Hugo)— Le spot, c’est une piste de danse classique dans un squat d’artistes à Montreuil. Thierry Lemer a opéré en tant que cadreur et chef op, avec son steadycam et sa red dragon. On a filmé le même plan séquence 4 fois dans 4 univers différents (lumière zénithale, – masques et par light – morphsuits – stroboscope+fumée) et on a monté le tout pour avoir l’histoire la plus dynamique possible, en tenant compte du fait qu’on allait incruster les fonds verts et faire nos découpes dans le vide. On a ensuite fait la sélection des footages qu’on voulait incruster : énorme taf de storytelling et de sourcing, puis de tests et d’ajustements. Un gros boulot de postprod pour parachever le tout – Philippe Champalle a fait le gros du boulot, et moi le reste (notamment les incrustes) – et le clip prenait forme!
FROM PARIS — Un dernier message à passer?
BØREAL (Hugo)— On est super fiers du résultat (qui nous a pris beaucoup de temps avec nos moyens réduits) et les premiers échos sont assez dithyrambiques! Maintenant la bombe est lachée… on aimerait beaucoup qu’elle trouve sa cible!
giphy