#CITYTEST FNAC | LE MEILLEUR VENDEUR

vignettefnac

J’aime bien aller à la Fnac. Par contre, je n’y achète rien, étant donné que je peux trouver la même chose  pour moins cher sur Amazon et consorts. Du coup, quand j’y vais, c’est juste pour jeter un œil aux livres et profiter des judicieux conseils des libraires, qui s’avèrent, ma foi, plutôt efficaces.

Arrivé au dernier étage de la Fnac des Ternes, il n y a malheureusement personne à ma disposition. Du coup, je patiente en déambulant dans les allées, histoire d’inspecter d’un peu plus près les quelques albums que j’avais repéré sur internet. Georges Clooney, lu. Le Héros, lu. Pinocchio, lu et relu. Ah, tiens, John Prophet, j’en avais vu du bien sur comicsblog.

Je serai vous, je prendrais pas cet album, ça commence bien, mais ça devient vite indigeste, moi même, j’ai eu du mal à le finir

Un homme, la quarantaine avancée, se tient face à moi. Il ne porte pas le gilet caractéristique des vendeurs de la Fnac, et pour cause, il n’est pas vendeur. Bernard (c’est son prénom) est chômeur. Pour tromper l’ennui entre 2 recherches de boulot, Bernard vient lire des BD à la Fnac. Bien vite, Il me présente son vieux copain Jean-Luc, un autre habitué. J’abandonne mon album, et je m’installe avec eux dans le coin lecture du rayon BD.

Jean-Luc et Bernard se donnent rendez vous tous les matins à 10 heures. Leur café avalé au pomme de pain situé en face, ils filent au dernier étage histoire de bouquiner tranquille et passer un bon moment. Ça fait 2 ans que Bernard mène ce rythme de vie, son divorce lui offrant plus de temps à consacrer à sa passion de la bd. A la Fnac, les 2 compères connaissent tout le monde, et appellent les vigiles par leur prénom.

“Mais les vendeurs, ils ne vous disent rien ?”

Non, les vendeurs ne leur disent rien, et que pourraient ils dire ? La consultation des œuvres est libre, le seul truc qui pourrait poser problème, c’est la gourde remplie de Fanta Citron qu’emporte Bernard. “Mais je fais très attention à ne jamais en renverser » me dit il. Bernard me confie aussi qu’il n’achète jamais rien, parce que “c’est trop cher”. “En plus, ils ont installé des fauteuils hyper confortables, c’est bien la preuve qu’on ne dérange pas!” Ouais, pas faux.

Le vendeur n’étant toujours pas là, Bernard se propose de le remplacer et me présente un panorama complet des bd qui pourraient me plaire. Il m’aiguille sur “Qui est Jake Ellis?” et sur “Superman Red Son” une histoire dans laquelle la navette spatiale de bébé Kal-El atterrit en URSS et non dans ce bon vieux Kansas.

Mes 2 bd sous le bras, je salue Bernard et Jean-Luc, déjà en pleine lecture, et je me promets d’aller boire un café un matin avec eux chez Pomme de Pain.

Messieurs de la FNAC, proposez vite un contrat à Bernard, il est meilleur que vos vendeurs !

Citytest réalisé par Joan

Fnac
26/30 Avenue des Ternes
75017 PARIS


Il est 1 commentaire

Ajoutez le vôtre

Les commentaires sont clos.