#CITYTEST JACQUIE ET MICHEL | MERCI QUI ?

vignettejm

En l’espace de quelques années, nos amis de Jacquie et Michel se sont taillé la part du lion dans le paysage pornographique Français. La décontraction franchouillarde du site s’éloigne grandement des productions Marc Dorcel et puise son inspiration dans le gonzo ou les productions de John Stagliano. En gros, une caméra, une meuf, un ou plusieurs mecs, et hop, en piste! Chez Jacquie et Michel, on célèbre la beauté de la femme à grands coups d’éjac faciales et de bifles. Leur slogan, (Merci Jacquie et Michel !) scandé par chaque actrice à la fin de chaque scène, est depuis devenu un véritable gimmick que l’on retrouve déjà sur des tshirts ou des auto-collants, en attendant, qui sait, des paquets de sopalin, bien plus utiles pendant le visionnage de leur vidéos. Ce succès interpelle, c’est donc avec une envie profonde de m’investir dans cet article que je suis allé passer une journée sur un tournage de Jacquie et Michel, dans la belle ville de Drancy.

Drancy, sa boulangerie, sa poste, sa place du marché et maintenant, ses tournages porno. Cette charmante bourgade de Seine Saint Denis accueille aujourd’hui une équipe réduite en quête de discrétion afin de tourner la première partie de la scène diffusée bientôt sur les internet. Sur une charmante petite place égayée par une jolie fontaine, un cameraman filme en gros plan une brunette qui répond à des questions inintéressantes en exhibant un nichon dont le téton est durci par le froid. Les questions sont simples, et me rappellent mes vaines tentatives de drague quand j’avais 17 ans et que je tentais de pécho en boite. Je rentrais seul, évidemment.

Comment t’appelles tu ? D’où viens tu ? Qu’est ce que tu fais dans la vie ? Stéphanie répond sans réfléchir, (elle ne réfléchira pas beaucoup aujourd’hui) puis, en vient rapidement au cœur du sujet, à savoir le cul. Cette brunette banale qui ressemble à la caissière de votre Monoprix ou à la copine de votre petite sœur donne sans pudeur tous les détails de sa vie sexuelle. Je saurai tout, du nombre de partenaires qui ont partagé sa couche, aux pratiques qu’elle préfère en passant par le pourquoi de sa présence aujourd’hui. “J’aime le cul !” Coquine.

S’ensuit une vague exhibition, Stéphanie soulevant sa mini-jupe afin de dévoiler ses fesses charnues et rosies par le froid sous le regard goguenard des deux acteurs qui la rejoignent peu après. Quelques passants pressent le pas, ne cherchant pas à comprendre ce qu’il se passe ou faisant semblant de ne rien voir. Je me dis que je tiens enfin une occasion de devenir célèbre, je franchis donc le pas, et je m’avance vers la caméra. Alors que Stéphanie est à demie nue, le cameraman m’interpelle en me filmant au niveau du nombril, je joue le jeu du mec qui passe là par hasard et je dis ces 8 mots qui résonnent encore aujourd’hui comme un des grands moments de ma vie “C’est pour qui ? C’est pour Jacquie et Michel ?”

Vient l’heure de la pause déjeuner, idéale pour connaître les véritables motivations des uns et des autres. Attablé dans un restaurant kebab, je suis installé aux cotés du cameraman, Pierre, qui mange nonchalamment son sandwich de merguez. En avalant mon 4×4 (4 steacks + 4 tranches de fromage) je les écoute bavarder. J’apprends notamment que Jacquie et Michel, en plus de ses antennes locales basées à Nimes ou Marseille, fonctionne comme un système de franchise MacDonalds. En gros, n’importe qui peut faire partie de l’équipe de Jacquie et Michel, et ça, croyez moi, je saurai m’en rappeler.

Stéphanie, 26 ans, aime vraiment la sauce blanche, si j’en crois la facon dont elle y trempe ses frites. Secrétaire médicale dans le privé, elle s’est lancée dans l’aventure Jacquie et Michel car elle aime vraiment le sexe. Elle porte une robe sexy, ultra courte, de chez Pimkie et des bas résilles achetés au marché. Son maquillage, excessif, nécessite de perpétuelles retouches, elle m’apprend qu’elle a perdu son dépucelage assez tard ( à 21 ans ), et qu’elle est toujours avec son chéri depuis. Libertins depuis 3 ans et des vacances dans un camping du cap d’Agde, elle est bi, et son mec apprécie depuis peu la voir se faire entreprendre par plusieurs hommes. Elle aime quand ça envoie du gros, et elle est trop contente d’être là, parce que c’est fun

William, lui, est un vieux de la vieille du porno qui en vit aujourd’hui plutôt pas mal, mais ça, c’est parce qu’il multiplie tous types de tournages. Je ne cherche pas à comprendre ce qu’il veut dire par là, mais je l’imagine déjà avec des animaux et des vieilles dames. Avec sa gouaille toute parisienne, il me raconte, tout en bouffant son grec, quelques anecdotes bien senties comme celle où il s’est fait surprendre par une grand-mère alors qu’il besognait, pantalon sur les chevilles, une rombière dans une rue censée être déserte. La mémé, loin de fuir, est venue vers lui et a demandé si elle avait le droit de regarder. Chose qu’elle a faite sans en perdre une miette. Ou une goutte, au choix. William reste discret sur sa vie privée, mais j’apprendrai qu’il est marié, et c’est tout.

Marco lui, vient juste de fêter ses 23 ans. Sous sa casquette aux couleurs du PSG, il mange son “Big Burger” avec la même application qu’il a mis tout à l’heure lorsqu’il tamponnait Stéphanie. Enthousiaste, il a envie de faire carrière dans le porno, et rêve d’une destinée Américaine. Il me dit qu’il souffre surtout les jours où il doit se faire épiler (intégralement) mais qu’en général, c’est cool. “Les meufs sont bonnes, on s’éclate avec les potes, et franchement, c’est kiffant”. Il a une copine dans le privée, mais elle s’en fout, du moment qu’il ne lui ment pas. Le veinard.

Les acteurs sont tous payés, mais je ne saurai pas combien. Je me demande bien pourquoi.En apprenant qu’il s’agit de l’équipe de Jacquie et michel, le patron du café nous offre un thé à la menthe. Merci qui ? Merci patron !

Je suis tout de même étonné par le manque de complicité entre les acteurs. Hors scène, aucun geste tendre ou attention particulière entre Stéphanie et les 2 autres acteurs. Alors bon, je m’attendais pas non plus à les voir se galocher à chaque coin de rue, mais, tout de même. L’ambiance à table est néanmoins sympathique, et j’ai l’impression de déjeuner avec des collègues de bureaux, en gros, des gens normaux. Et c’est peut être bien parce qu’en fait, chez Jacquie et Michel, on est dans le normal, loin des standards américains avec ses beautés updatées et ses acteurs gonflés au viagra ou aux stéroïdes.

Le tournage reprend, mais ça sera sans moi, ce soir, je vois ma copine du moment, et j’ai besoin de temps pour me préparer, et pour évacuer toute cette tension accumulée lors de cette journée. Plus tard, dans la nuit, alors que je suis en pleine action avec cette gentille fille plutôt discrète, je ne peux m’empêcher de lui dire, entre 2 râles d’excitation : “Merci Qui ? MERCI QUI ?”

Citytest réalisé par Joan



Il est 1 commentaire

Ajoutez le vôtre
  1. #CITYTEST MUSÉE DUPUYTREN | BON APPÉTIT BIEN SÛR ! « From Paris

    […] Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en allant au musée Dupuytren, et rien ne peut préparer à ce que j’ai vu ce jour là, pas même une vision prolongée de “the human centipede”. Car en effet, le musée Dupuytren est spécialisé dans un domaine bien précis : l’anatomie pathologique. Vous y trouverez, conservés dans des bocaux, des mains, des pieds, des doigts, des organes et même pire, des fœtus ou des nbso online casino cranes. On y trouve aussi des squelettes touchés par des malformations ou des moulages de personnes ayant souffert d’un bec-de-lièvre ou de quelconque tumeurs. Une curiosité malsaine se fait sentir, notamment lors de la  vision de siamois ou du fameux cyclope. Je m’étonne tout de même de ne croiser aucun moulage de mon pote Alexandre, parce qu’il est vraiment vilain. Vient le moment sexy de la visite du musée, une section où trônent des moulages de sexe atrophiés, de quoi calmer un bon moment les ardeurs des fans de Jacquie & Michel. […]


Les commentaires sont clos.