#CITYTEST KING OF POP | DANGEROUS

kopvignette

On se souvient tous de l’endroit où nous étions lorsqu’on a appris la mort de Michael Jackson. Moi par exemple, en ce 25 Juin 2009, j’étais au Chacha club, en train d’assécher un énième open bar avec en tête l’idée de choper la première nana qui aura eu le malheur d’entrer dans mon champs de vision. Point de meuf canon ce soir là, mais mon pote Emmanuel, qui, de son haleine chargée de vodka m’annoncera le décès du roi de la pop. Je crus un instant à une mauvaise blague, mais la rumeur devint une vraie information confirmée par la plupart des personnes présentes ce soir là dans cet abominable club du 1er arrondissement.

S’ensuivit un nombre conséquent d’hommages larmoyants, d’émissions spéciales et de clips diffusés en boucle, je me surpris même à écouter quelques chansons de Michael, moi qui n’ai pourtant jamais été un grand fan du personnage, contrairement à Simon Cohen.

Who is it ? Simon Cohen, 56 ans, est un grand fan de Michael Jackson, il en est d’ailleurs tellement mordu qu’il a nommé sa boutique située sur les Grands Boulevards, King of Pop, comme un hommage… Je suis plusieurs fois passé devant ce magasin, et il est vrai qu’on se surprend à détailler chaque pièce mise en valeur dans la vitrine. Ici une couverture de Télé 7 jours, là un gant pailleté ou une tenue s’inspirant des plus beaux costumes de scène de Michael Jackson, mais dans le fond, rien qui ne transpire l’authenticité…

Car en effet, chez King of Pop, on a beau trouver aux murs moult posters et des enceintes crachant les tubes de l’icone tristement disparue, rien de ce qui y est vendu n’a de lien direct avec Michael Jackson. Il ne s’agit finalement que d’un magasin comme les autres, vendant de la camelote bon marché certainement produite en Chine ou dans le Sentier tout proche. Mais peu importe, car comme le dit si bien le patron dans un portrait qui lui est dédié dans cet article du Parisien « Je vends l’esprit pop de Michael et des années 1980, comme ces vestes rouges à paillettes qu’il aurait tout à fait pu porter. » This guy is dangerous.

Passons sur le comportement du maître des lieux qui a une fâcheuse tendance à confondre sens commercial et vente forcée, et quittons sans regret ce lieu dont la démarche opportuniste laisse un goût amer, les mains vides, bien évidemment ! Who’s bad ?

Citytest réalisé par Joan Carassus

King of Pop
9 Boulevard Poissonière
75010 Paris