#CITYTEST LE CAFE DES CHATS | BAR A HOTESSES

vignettecafé

Mon ami Bertrand a ses habitudes dans plusieurs bars à filles de Paris, vous savez, ces bars où il n’y qu’a commander -pour une somme modique- une bouteille de champagne pour qu’une jeune femme court vêtue vienne s’installer à vos côtés et vous fasse la conversation avec un fort accent bulgare en vous tripotant mollement la cuisse. J’aime ce Paris là. Du coup, quand il m’a dit Mardi dernier qu’il allait m’emmener dans un bar rempli de chattes, j’étais comme un fou !

En arrivant, accueilli par une jolie jeune femme aux cheveux courts, l’odeur de chatte, puissante, me monte au nez, je regarde Bertrand, afin de lui signifier ma reconnaissance, puis nous pénétrons dans la grande salle du café, un grand sourire aux lèvres.

Je m’installe, commande un thé, et constate qu’autour de nous, il n’y a vraiment que des chattes. Des brunes, des blondes, des rousses, il y a même une chatte chauve. Une première chatte vient se frotter à moi, je sens qu’elle me kiffe, limite, elle ne demande qu’une seule chose, que je la prenne, là, tout de suite, devant tout le monde, mais je préfère prendre mon temps, laisser monter le désir et ne pas me presser, car j’ai repéré une autre chatte qui justement vient me faire son numéro. Elle est là, à se caresser devant moi, profitant de sa souplesse pour prendre des poses improbables, puis commence à jouer avec les objets qui l’entourent, elle se frotte ensuite sur le pied d’une chaise, et, complètement folle de désir, se met sur le dos, prête à subir mes assauts. Je pose ma tasse, déboutonne ma chemise, prêt à la satisfaire, mais une autre chatte, blonde, vient s’installer à ses cotés. Les deux se lèchent mutuellement, tout en me regardant langoureusement. Un threesome, ça faisait longtemps. Nous nous ébattons lentement, les corps fusionnent et laissent place à une danse amoureuse magnifiquement chorégraphiée. Quelques instants plus tard, exténuées et satisfaites, les deux chattes m’abandonnent et se dirigent vers une dame installée au fond de la salle. Salopes.

J’avais complètement oublié Bertrand, qui, lui, caresse énergiquement une jolie chatte rousse. Elle est toute petite, surement trop jeune pour ce qu’il lui fait, mais elle a l’air paradoxalement déjà très expérimentée. Bertrand boucle son affaire en quelques minutes, excité comme jamais me confiera t’il plus tard.

L’odeur puissante des chattes ne m’abandonna que le Lundi suivant, et j’eus bien du mal à expliquer à mon teinturier le pourquoi de tous ces poils sur mes vêtements, mais bon dieu, quel kif !

Le café des chats
16, rue Michel le Comte
75003 Paris
0973533581