#CITYTEST LE MONTANA | NIGHTCLUB

vignettemontana

« Retrouve moi au Montana ». C’est par ce texto reçu alors que j’étais au concert de TRST, que je me suis retrouvé ce soir là devant le minuscule club ouvert en 2009 par Jean-Yves Le Fur et André Saraiva, afin d’y rejoindre mon pcr du moment. Je connais bien la réputation du club censé être le plus fermé de Paris, et donc du monde, et même si j’ai déjà eu l’occasion d’y aller quelques fois, je mets tout de même toutes les chances de mon coté en revêtant mon fameux tshirt du RC Lens chiné chez Momo le moins cher, mais apparemment, la physio, qui ne me reconnait pas, et que je ne reconnais pas non plus, ne semble pas être sensible au charme pourtant légendaire de l’ami Tony Vairelles et me refuse l’accès.

Je compatis avec elle car son rôle est quand même le plus ingrat des gens qui font la nuit. Elle bosse pour un établissement génial mais ne peut y pénétrer, devant passer sa soirée à faire le tri entre les gens cools qu’elle ne voit qu’un instant avant qu’ils n’aillent s’amuser, et le reste qui s’amoncelle devant son cordon.

Mon amie est injoignable donc je patiente devant le club, me disant que grâce à mon sourire ravageur la jolie blonde se laissera amadouer. Quelques potes arrivent et s’étonnent de ne pas me voir à l’intérieur. Je leur dis que j’en ai marre des clubs, et que je suis bien mieux devant, à discuter, pépouze, avec les fumeurs mais je mandate tout de même l’un deux pour aller dire à mon amie que je suis là, mais que je suis bloqué devant…

Finalement je suis autorisé à pénétrer dans le saint des saints, et la chance m’est donnée de faire la fête avec ceux qui composent l’élite mondaine Parisienne, ce soir là, un chroniqueur TV, deux producteurs de cinéma, un comédien en vogue, quelques mannequins et des animateurs de Canal +. Complètement sobre, je m’attarde sur la déco signée Vincent Darré et je me dirige vers le bar me pécho une piscine, 19 Euros, ca peut faire mal, surtout quand, comme certains, on n’est pas du genre à n’en boire qu’une ! Je cherche mon amie, mais elle est trop occupée à se faire prendre en photo, suçant son pouce, pour le Purple Diary, du coup, je tente de me rabattre sur une de mes ex, mais je la découvre en train de galocher Benjamin Biolay sur une banquette. La piste de danse est exiguë, la musique généraliste, et un habitué me confie que c’est pendant la fashion week qu’il faut venir au Montana, la porte étant plus difficile qu’à l’accoutumée et les soirées, donc, bien meilleures que le reste de l’année.

C’est ce qu’on verra.

Citytest réalisé par Joan

Le montana
28, Rue Saint Benoit
75006 Paris