#CITYTEST TINDER | BAISE A DOMICILE

citytest11

Mes amis le savent, je suis un éternel célibataire. Alors attention, quand je dis célibataire, je veux pas dire que je suis seul hein. Je veux dire que je chope plein de meufs, mais que je ne rends de comptes à aucune. C’est ça pour moi, être célibataire à Paris en 2014 quand on a 30 ans. Du coup, j’ai bien écumé tous les bars de Paname comme Mauri7 ou Le Progrès, je suis allé choper au Silencio, et quand je suis en dèche, je vais faire un tour chez American Apparel histoire de voir leurs nouveaux arrivages de vendeuses. Malgré tout, il arrive que parfois, toutes ces sources soient sèches, et que je doive me résoudre à me faire un petit Jacquie & Michel. Et comme le porno, c’est bien sympa, mais que ça ne remplace pas une vraie meuf, je me suis résolu à faire un tour sur TINDER.

Tinder est une appli pour smartphone dont le principe est simple. Vous voulez niquer ? Faites défiler les profils des meufs et, lorsqu’un visage retient votre attention, signifiez lui votre intérêt. Si la nana fait de même, il y aura un “match” et puis bah, invitez là à boire des coups, afin de laisser la “magie” opérer.

J’avais besoin de l’avis d’un expert de Tinder avant de me lancer pour de bon. Je fais donc appel à mon vieux copain Paolo, qui, selon ses dires, a grave pécho grâce à l’appli. Autour d’un café, Paolo me donne donc TOUTES ses astuces pour niquer sur Tinder. Je le regarde, en me disant qu’il n’a pas besoin de ça pour baiser, mais pourquoi se priver de cet outil supplémentaire ? L’outil existe, et que comme tout bon outil, il faut savoir s’en servir. Sans cynisme, mais pour une vraie question d’efficacité, il a un système assez rodé pour choper sur Tinder.

D’abord mon profil. J’ai 4 clichés réalisés par un photographe pro. Bien travaillées, elles sont suffisamment originales pour sortir du lot. Ainsi, la plupart des nanas que j’ajoute m’ajoutent aussi. Bon, dans ton cas, ça sera peut être difficile d’en trouver 4, trouves en déjà une, et ça fera l’affaire…

Une fois que ça match, j’envoie l’un des 3 messages suivant, toujours les mêmes, et non Joan, je ne lui demande pas si elle avale.« 

Si la nana a l’air fun et pas trop sérieuse, typiquement une fille qui poserait avec ses potes à la plage, je lui envoie “wink wink”, le son d’un clin d’œil, c’est surement idiot, mais ça marche ! Par contre, je n’utilise jamais émoticônes ou de smiley

Si elle a un profil chiadé, plein de selfies, duckfaces ou photos pros, je suppose qu’elle apprécie qu’on s’intéresse à elle et à son physique, du coup ma phrase d’accroche est : “Tu viens de gagner le prix de la profil pic la plus sensuelle de l’année”. Si elle ne comprend pas cette phrase, je lui envoie juste “Tu es TROP mignonne”… Aussi, j’aime bien garder le lead lors d’une discussion, c’est pourquoi j’envoie toujours le premier message

Paolo regrette le manque de spontanéité des échanges et des rendez vous, mais il me dit que “pour du court terme et du oneshot, c’est parfait”. Très bien, je note. Enfin, son conseil ultime : “Surtout, ne sois pas lourd ! Si une fille ne répond pas à ton premier mail, sois patient, elle peut très bien ne pas etre dispo dans l’immédiat mais plus tard, donc ne te formalise pas si elle met 2 ou 3 jours à te répondre. Tu n’es pas le seul mec dans les alentours qui peut l’intéresser, même si c’est relou de se l’avouer…Bon, et au pire, si t’as aucun match, met ma photo”.

Fort de tous ces bons conseils, je télécharge donc l’appli puis tache de choisir quelques bonnes photos de moi, ce qui peut prendre pas mal de temps. 4 heures plus tard, je trouve enfin une photo à peu près correcte que je vous présente ci-dessous :

Autant vous dire qu’avec une dégaine pareille, les « matchs » se sont succèdés !  Installé sur mon canapé en matant le plus grand cabaret du monde, je fais défiler les profils. Ma sélection est très pointue. Je regarde chaque photo de chaque nana, j’essaie de voir si la meuf est potentiellement sympa et si je peux avoir des choses à lui dire, mais bien vite, enfin, au bout de 3 minutes quoi, je me rends compte que le mieux, c’est de faire un écrémage APRES le match. Du coup, je dis oui à absolument TOUTES les meufs qui passent sous mes doigts. La petite grosse qui vit à 600 mètres de chez moi ? Bingo, c’est oui ! La grande bonasse installée à 3 kilomètres qui a l’air d’être friande de voyages en Asie, c’est oui ! Bref, en gros, j’oublie tous les conseils de Paolo, et je fonctionne à la Carassus (oui c’est mon nom), c’est à dire n’importe comment.

Bien vite, Elisabeth, 29 ans, qui vit à moins d’1 kilomètre de chez moi retient mon attention. Fine et souriante, Elisabeth a posté 7 photos, que je regarde et dissèque avec application. 2 selfies, une photo d’elle en vacances (donc en maillot, pratique pour voir si elle a de gros nichons), 3 photos avec ses copines, une photo d’identité, et une dernière certainement prise lors d’un mariage, parce que sinon, où porterait elle une capeline rose, au Franprix ?

Nous échangeons quelques banalités, je tente le “wink wink” de ce bon Paolo, mais devant son incompréhension je me contente d’un “asv” ambiance Caramail. Elisabeth est réactive, limite trop. Je l’imagine, seule face à sa télé un samedi soir à traîner sur Tinder, la honte ! Qui fait ça hein ? Pas moi en tout cas. Finalement, au bout d’une bonne demie heure d’échanges courtois, Elisabeth me propose de “venir boire une tisane à la maison”. La salope. Je change de caleçon, met un peu de Scorpio et hop, direction l’appart d’Elisabeth, situé tout près de mon Monoprix.

Dans son ascenseur, tout en ajustant mes cheveux, 1000 questions se bousculent dans mon crane. Et si elle était folle ? Ou pire, grosse ? Et si c’était un travelo ? Et si elle me violait ? Séduit par cette dernière hypothèse, je sonne à sa porte.

Premier constat, elle est bien gaulée, second constat, elle n’est pas prête, ou alors, elle trouve ça cool de m’accueillir en pyjama.Je comprends bien vite qu’elle sort de la salle de bain, bon point, elle était surement en train de s’épiler. Patientant dans son salon, j’en profite pour ausculter son intérieur, ici, un dvd des intouchables qui traîne (genance), là un CD des enfoirés (double genance). Pas mal de télécommandes sur la table basse aussi, ça sent la meuf habituée au célibat.

Y a pas à dire, ça se passe plutôt bien. Elisabeth me sourit et me regarde dans les yeux, Elisabeth rit à mes vannes, Elisabeth aime bien ma chemise, en gros, Elisabeth est séduite. Et comme je la comprends ! C’est à ce moment là que lui prends la main et tente de l’embrasser, mais elle n’est pas d’accord. “Non, on avait dit que tu venais juste pour boire une tisane

Je ne pensais pas rentrer chez moi si tôt, et la brosse à dents que j’ai dans ma poche en est la preuve la plus flagrante. Échaudé par cette expérience, je me dis que pour mon prochain “premier rendez vous”, je proposerai qu’on se retrouve dans un café et je ne monterai chez la meuf que lorsque la séduction sera actée, et que la découverte de son appart sera vraiment significative de son envie de me montrer sa culotte.

De retour chez moi, je croise, dans mes escaliers, ma voisine, une prof de maths imbaisable. Habituellement, cette brune potelée me regarde à peine, sauf la fois où elle est venue sonner chez moi à 3heures du matin parce que je faisais soi disant du bruit avec ma télé. Elle croyait quoi celle là, que j’allais mater Jurassic Park sans monter le son ? Elle me confie bien vite qu’elle avait été surprise par notre “match” sur Tinder, et que si je voulais, je pouvais venir « boire une tisane » chez elle. Je la regarde, elle est moche, mais j’ai encore la gaule depuis qu’Elisabeth m’a mis dehors, du coup, bah, merci Tinder !

Tinder

Citytest réalisé par Joan