“Nobu” | 20syl, Grems et La Fine Equipe reviennent en force

La Fine Equipe qui a sorti son projet 5TH SEASON il y a quelques mois, sort un nouveau track survolté accompagné par 20syl et grems ! Sincèrement, on va pas tergiverser longtemps, le track est explosif, les flows sont précis, l’instru est “bustarhymesque” à souhait…

Comme nous ne sommes pas journalistes chez From Paris on va pas vous le faire en mode “les inrocks » donc on vous copie-colle le texte promo reçu par la très efficace team OpenWad ! Go.

NOBU est un clip réalisé par Baptiste Penetticobra pour le groupe La Fine Equipe
“J’ai choisi le format en vertical pour filmer cette bande de jeunes et être au plus près d’eux en adoptant leurs habitudes.Pour être le plus juste possible avec ce que le clip raconte il fallait prendre le parti de cadrer en format vertical. Ce qui m’a définitivement convaincu dans le choix du format c’est le triangle magique entre le sujet du clip, le format et le concept.”


Cette première collaboration ambitieuse est empreinte de force et d’onirisme. Elle prend comme contexte l’ouragan au coeur duquel un groupe d’adolescents lave une voiture garée dans une allée de garage pour tromper l’ennui.Le clip est porté par un casting fort de jeunes adolescents qui le temps du morceau prennent la place du groupe et de ses chanteurs. Chaque personnage est en quelque sorte une version teenage de La Fine Equipe, Grems et 20syl. 

Les images réalisées par Baptiste évoquent subtilement les thèmes évoqués dans l’album : comme quelque chose qui cloche, d’angoissant, de latent. Une menace plane au dessus de leurs têtes. C’est aussi l’occasion d’un jeu sur les codes du clip de rap. Si l’on a déjà vu des clips qui montrent des jeunes filles plantureuses laver une voiture du rappeur, ici ce sont en quelque sorte les rappeurs eux-même qui font le travail.

Tout est dit. Y a plus qu’à checker le clip !!!!

La Fine Équipe | Nobu | Le clip

LA BIO du groupe

Que les choses soient claires : La Fine Equipe est un groupe. Les différentes casquettes portées par ses quatre membres sont si nombreuses que l’on pourrait s’y méprendre. Car autour de oOgo, Blanka, Chomsky et Mr. Gib, il y a des studios, des labels, des collaborations, des lives, des side-projects… Il y a surtout, depuis plus de dix ans, tout un univers façonné par la passion du beatmaking qui se synthétise aujourd’hui avec la sortie de leur nouvel album, « 5th Season ».
Alors oui, La Fine Equipe est un groupe, mais c’est aussi bien plus que cela.

Depuis leur fondation en 2006 et leur premier album « La Boulangerie » deux ans plus tard, les quatre producteurs se sont imposés comme des acteurs incontournables d’une nouvelle scène beat française, de celle qui font tomber les barrières strictes des genres musicaux. Le hip-hop alternatif y est central, produit de leur héritage commun où se croisent J Dilla, Madlib, Flying Lotus, Kaytranada et les turntablists A-Trak, C2C, Birdy Nam Nam…
Deux choses rassemblent La Fine Equipe et ces grands noms : le besoin permanent de collaborer avec d’autres artistes, et cette soif d’exploration, caractéristique première du digger.
De 2008 à 2014, La Fine Equipe parfait son son au sein de la trilogie « La Boulangerie », compilations réunissant 34 beatmakers sur 113 titres. Ils travaillent également à la création du label Nowadays Records (Fakear, UNNO, Clément Bazin, Jumo, Everydayz & Phazz, Leska…) tout en multipliant les projets. Un nombre de concert affolant aux quatre coins du monde, des tournées en Asie ou en Amérique du Sud, des featurings avec des artistes internationaux… Leur succès a changé la donne : Auparavant, beaucoup de producteurs et artistes de ce courant musical évoluaient seuls, isolés.

Eux ont fédéré cette scène naissante, en sont devenu la référence. Après des années à faire passer les autres avant leur groupe, à sculpter une structure propice à l’indépendance et à la création, La Fine Equipe a décidé de passer un cap, d’engranger un nouveau cycle avec «5th Season».

Puisque le groupe fonctionne avec huit mains et quatre cerveaux, il n’y a rien d’étonnant à ce que l’album sonne comme un condensé de leurs influences et expériences respectives. Le hip-hop, certes, le sampling (en tant que couleur sonore plutôt que comme technique musicale pure), l’electronica, mais aussi la French Touch, le rap alternatif, les sonorités latines et le jazz…
Si l’homogénéité est aujourd’hui devenue un critère de qualité pour un album, la Fine Equipe n’est pas du genre à sacrifier ses envies pour rentrer dans le moule. Ce sont eux qui le définissent, alors autant rester totalement libres.

«5th Season», c’est aussi un regard sur le monde qui touche à l’état de la planète, au cosmos, au végétal, à ce qui est plus grand et plus fort que nous, à ce qui pourrait bien mener à notre perte. C’est une vision presque apocalyptique de notre avenir, mais pleine d’optimisme malgré tout. Il y a quelque chose de très solaire et de cinématographique dans cet album, un format qui va au-delà de celui proche de la playlist et de la compilation que représentait la trilogie La Boulangerie.

Fidèles à leur statut de fers de lance, les quatre producteurs continuent d’inviter des artistes à parfaire leur univers, mais cette fois derrière un micro. Illa J et T3, respectivement frère de J Dilla et membre des mythiques Slum Village, font la jonction entre leur passé glorieux et l’avenir représenté par La Fine Equipe sur le titre « The Source ». Sur « Aurora », c’est la voix mystique de la chanteuse Madjo qui vient sublimer ce titre electro-pop solennel. Le rappeur américain Mr. J. Medeiros sur l’ode boom-bap « What Eva », le Montréalais ZéFire sur «Typical Boy », la collaboration entre Grems et 20syl qui reprend le micro sur « Nobu », mais aussi Fakear, Declaime, Georgia Anne Muldrow, Unno et Sara Lugo… Tous ces artistes mettent la main à la patte pour donner à 5th Season une richesse musicale sans limite et totalement décomplexée.

Mais sortir un album ne suffit pas. En parallèle, chacun continue de remplir ses multiples rôles dans le paysage musical français actuel, et travaille à mettre au point un concept live nouveau apportant une plus-value scénique et visuelle à leur musique. Car quitte à passer à la vitesse supérieure, autant le faire dans tous les domaines possibles.
C’est ce que font les artistes tournés vers l’avenir. Ça tombe bien, La Fine Equipe regarde droit devant.