RENCONTRE avec GUTS, l’éternel bienheureux

unspecified-1

Voici un artiste qui nous inspire. Un chef d’orchestre. Un producteur. Un bon compagnon de soirée. On ne compte plus une année sans que GUTS nous émerveille avec des créations musicales de plus en plus originales et captivantes. « Paradise For All » ou encore « Hip Hop After All » font partie des albums que l’on écoute en boucle et dont on ne se lassera jamais. Un seul bémol dans cette histoire : nous n’avons jamais vu Guts en live.

Sachez que chez nous, nous aimons vivre les expériences musicales à 100%. Voilà pourquoi nous avons préféré découvrir son nouvel album « Eternal » en live, sur scène. Début Avril nous nous sommes donc rendus dans la salle parisienne du New Morning pour assister à la nouvelle tournée de GUTS. Accompagné de supers artistes tels que Sly Johnson (ancien membre de Saïan Supa Crew) en première partie, GUTS donne le ton de la soirée dès la première chanson : « Want It Back », mais attention le live band n’est autre qu’une bande de mioches. Ce soir on ne se prend pas la tête, on savoure tout simplement la musique. Plus d’1h30 de concert au coeur d’une salle où la proximité avec les artistes et les autres fans nous ont bien émus..

« Eternal » est votre nouveau bébé. Qu’a-t-il de particulier ?

Sa particularité est qu’il s’agit finalement d’un projet collectif et multi-genre. Un album où j’ai convié tous les membres de mon Live Band à prendre part à la composition et à la création de ce projet. À l’exception de Lorine Chia avec qui j’ai travaillé à distance mais nous nous sommes tous retrouvés à Paris pour enregistrer ce nouvel album. Depuis mon premier album solo en 2007 « Le Bienheureux », j’ai toujours composé seul avec mes machines et en général des musiques à base de samples. Pour ce nouveau projet, le sample est uniquement présent à 20% –  le reste est acoustique, analogique et organique.

Quelles ont été vos principales inspirations pour la création de l’album ?

Elles ont surtout porté sur l’histoire que je vis depuis 2 ans avec mon Live Band – les affinités et la complicité que nous avons réussi à bâtir.
Les inspirations viennent de chaque membre du groupe car nous avons tous des sensibilités communes et différentes. La diversité musicale dans ce groupe est juste énorme, les influences de chacun sont très variées et cela ne pouvait que donner un album riche et multi-genre. Je ne voulais pas une direction artistique précise et cloisonnée, je ne voulais pas en fait de Direction Artistique, juste être libre de s’exprimer à l’humeur et à l’instinct. Prendre des risques et se mettre en danger, c’était l’idée !
unspecified

Parle nous un peu plus de ton live band. Coup de coeur ? Connaissances de longues dates ?

J’ai créé ce Live Band après mon quatrième album « Hip Hop After All » dans l’idée de pouvoir le produire sur scène et le promouvoir. Une promesse que j’avais faite à mon label car pour l’album « Paradise for all »  je n’avais pas fait le moindre concert et la moindre promotion… J’ai donc monté un Live Band avec l’aide de mon label et de certaines connaissances comme Blanka de la Fine Equipe. Il n’y a aucune connaissances de longues dates.
Je vous le présente : Florian Pellissier aux claviers, Greg. F à la guitare, Kenny Ruby à la basse, Tino Brandalise à la batterie, Leron Thomas à la trompette et surtout au chant, le duo Tanya Morgan (Van Pea & Don Will) pour le rap et Lorine Chia pour le chant également.

Bercé dans le hip hop, est-ce que le hip hop/rap français actuel t’inspire ?

Certains titres de rap français me touchent comme « Titi Parisien » de Seth Gueko ou encore « Urbanisme » de Vald. Certains artistes de rap français me touchent également comme JP Manova, Kacem Wapalek, Billie Brelok, Swift Guad, Yousoupha, Rocé, Jazzy Bazz, Sages Poètes de la Rue ou encore Nekfeu. Ils ne m’inspirent pas forcément mais ils arrivent à m’émouvoir…

Où vas-tu dénicher tes petites perles ?

À travers mes voyages et surtout à travers des sites sur Internet comme Discogs, Ebay et certains sites spécialisés en rareté tenus par des dealeurs de vinyles souvent très pointus .

Quels sont les artistes que tu nous conseilles de suivre, d’écouter de nos jours ?

Je dirais Anderson Paak, son dernier album et d’ailleurs tous les titres où il est invité ou en collaboration. Je dirais également le premier album à venir de Kaytranada et enfin le jeune prodige Mura Masa.

Quels sont tes « jouets » préférés pour composer, créer ?

Mes boîte à rythmes / sampleurs tels que la MPC4000 (Akai), l’ASR10 (Ensoniq), la SP1200 (EMU).

unspecified-2

As-tu un mentor ?

Oui, un guitariste-réalisateur-compositeur-producteur et mixeur du nom de Bob Power. Ça ne vous dit peut être pas grand chose mais c’est lui qui est à l’origine de certains albums des groupes A Tribe Called Quest, De La Soul, D Angelo, Erykah Badu, The Roots, MeShell NdegeOcello,  Common et j’en passe..

On a une belle maison aux Buttes Chaumont, tu viendrais faire la fête avec nous ? Sache que tes albums tournent en boucle !

Pour faire la fête, je suis toujours partant. Pour passer des disques, je suis toujours motivé. Pour déguster des bons produits et boire de la bière belge de grande qualité, je suis toujours présent !

Y a-t-il un pays, un continent que tu aimerais particulièrement touché avec l’énergie de ta musique ?

En Colombie. Je suis pas mal écouté et j’aimerais vraiment pouvoir m’y produire. J’y suis déjà allé en tant que touriste et digger mais j’aimerais pouvoir y aller en tant qu’artiste – de même pour la Nouvelle Zélande.

Après le New Morning, hâte de te voir en festival, en as-tu de prévu ?

03/06 – PERPIGNAN (Ida Y Vuelta)
04/06 – METZ (La Boite à Musiques)
02/07  – LYON (Festival Île Utopie)
03/07  – POITIERS (Festival Heures Vagabondes)
07/07 – LERON (Worldwide Festival)
10/07 – TOURS (Terres de Son)
14/07 – LA ROCHELLE (Les Francofolies)
16/07 – NICE  (Nice Jazz Festival)
13/08 – BELLE ILE (Festival Belle Ile On Air)
14/08  – LES LANDES (MUSICALARUE Festival)

unspecified-3

« PEACEFUL LIFE »

« AND THE LIVING IS EASY »

13062088_1160274387345425_2277129487928512305_n